Réduire les caractèresAugmenter les caractèresImprimer

Aide à la recherche

Deux modes de recherche

 Accédez à la recherche dans les registres matricules en cliquant sur le bouton "Faire une recherche".

Premier mode de recherche -  consultation de l'inventaire en mode arborescent

Une fois sur la page de recherche (page blanche à votre arrivée), sélectionner à droite un instrument de recherche. Dans le tableau qui apparaît alors, cliquer sur le logo dans la colonne "consulter l'IR". Les inventaires des registres matricules, présentés sous la forme d'une description à différents niveaux, se déplient ou se referment en cliquant sur le bouton + ou -. En vous positionnant sur le niveau de description qui vous intéresse, vous accéderez alors au registre et à son lot d'images.

Second mode de recherche - recherche à facette

Pour une recherche via le formulaire, à droite, vous pouvez appeler un registre par l'intermédiaire de sa cote (ex : GR 20 YC 19 ou 20 YC 19). Vous pouvez recourir aux listes à votre disposition : liste des armes et liste des unités.

Aucun critère n'est obligatoire.

Cliquez sur le bouton "Rechercher". Vous pouvez consulter les résultats fiche à fiche ou dans l'inventaire. Comme pour la première recherche, vous accédez à la description du registre et à son lot d'images.

Rechercher dans les registres matricules de l'Ancien Régime

Retrouver un individu

Pour retrouver facilement un individu dans les registres de contrôles de troupes, il est nécessaire de connaître sa compagnie et, si possible, ses dates d’incorporation.

À l’intérieur des registres, l’orthographe des noms propres peut varier. Il arrive également qu’un soldat soit enregistré sous un faux nom, soit par erreur de retranscription, soit par volonté délibérée de cacher son identité. Dans ce dernier cas, les pièces annexes permettent parfois de rétablir la véritable identité de l’individu.

Pour chaque compagnie, il existe une dizaine de registres successifs : un individu peut donc apparaître dans plusieurs registres.

Retrouver une unité (compagnie, bataillon, régiment)

On se référera au paragraphe « les différents corps contrôlés » pour retrouver le mode de classement de chaque corps.

On a conservé l’orthographe et la dénomination des unités telles qu’on les trouve dans les registres.

Les registres contiennent souvent, en page de garde, une table des compagnies, avec parfois un historique du régiment, et le nom des officiers. La compagnie porte souvent le nom de son capitaine, son nom a donc pu varier.

Pour retrouver une unité et sa filiation, on pourra consulter la bibliographie indiquée ci-dessous, en particulier les ouvrages d’André Corvisier et du général Susane.

La datation des registres

Les dates indiquées dans l’instrument de recherche sont les dates relevées par André Corvisier dans son répertoire méthodique, Les contrôles de troupe de l’Ancien Régime (1968-1970, 4 volumes). Dans cet ouvrage, l’auteur a pris le parti de retenir comme dates extrêmes la date la plus ancienne indiquée dans le registre, et la dernière date à laquelle le registre a été modifié. La date la plus ancienne indiquée dans le registre correspond à la date d’engagement du plus ancien soldat du régiment (les soldats étant consignés dans le registre par date d’engagement) ; elle est le plus souvent antérieure à l’ouverture du registre. La dernière date à laquelle le registre a été modifié correspond soit à la date d’engagement la plus récente, soit à une modification du signalement d’un soldat (consignation d’une date de décès, de congé ou de désertion).

Lorsque l’ouvrage d’André Corvisier n’indique aucune date, on a retenu comme dates extrêmes les dates de début et de fin de registre : c’est-à-dire la date d’ouverture du registre, donc du premier contrôle de troupes consigné par ce registre, et comme précédemment la dernière date à laquelle le registre a été modifié.

Lorsque la date d’ouverture du registre n’est pas signalée dans le registre, on a pris le parti d’indiquer entre crochets la date la plus ancienne indiquée dans le registre.

Enfin, certains registres sont déclarés « sans date » (« s.d. ») dans le cas où les dates sont totalement absentes du registre ou illisibles.


 Pour plus de renseignements, contactez le webmestre.

Faire une recherche