Réduire les caractèresAugmenter les caractèresImprimer

Recherche

Résultats 1 à 26 sur 26 :   

26 résultats - Nombre de résultats par page :




Grimaud Henri

1917-1944

Pilote

Documents d'archives

Henri Joseph Eugène Grimaud est né le 10 décembre 1917 à Saint-Jean-en-Royans, au pied du Vercors, dans la Drôme. Le 23 avril 1938, il s’engage comme élève pilote et rejoint l’école d’Ambérieu. Il obtient le grade de sergent fin 1938, part se perfectionner à Istres comme pilote de chasse, est affecté en août 1939 à la 3e escadrille (la SPA 73 « Cigogne japonaise ») du Groupe de chasse II/7 sur la base aérienne de Dijon quand la guerre est déclarée le 3 septembre 1939.
Avec son escadrille, il rejoint le terrain d’aviation de Luxeuil et participe à la bataille de France. Le 1er juin, il abat deux avions allemands Heinkel He 111 et, le lendemain, en détruit un troisième. Le 15 juin, il réalise un second doublé en descendant un Dornier Do 215 et un Do 17. Puis le groupe de chasse se replie en Afrique du Nord.
En 1942, il est admis à l’école des officiers navigants et mécaniciens avec le grade d’aspirant, et rentre donc en Métropole pour suivre la formation à Salon-de-Provence. Il est nommé au grade de sous-lieutenant le 25 novembre 1942 puis placé en congé d’armistice à compter du 1er mars 1943. Puis il est affecté à la compagnie du Guet n°33/71 le 18 novembre à Privas dans l’Ardèche. À l’issue d’une permission se terminant le 29 juin 1944, il ne rejoint pas son unité et est déclaré déserteur le 15 juillet. En activité comme agent de renseignement (P2) auprès du réseau de résistance « Andromède- Zéphir » depuis le 1er septembre 1943, il a décidé de rejoindre le maquis du Vercors. Il prend part au combat de Vassieux-en-Vercors au cours duquel il trouve la mort le 21 juillet 1944.
As crédité de 5 victoires aériennes confirmées et 4 probables, Henri Grimaud sera promu lieutenant à titre posthume en juillet 1947.

Grimaud Henri

1917-1944

Pilote

photographies

Henri Joseph Eugène Grimaud est né le 10 décembre 1917 à Saint-Jean-en-Royans, au pied du Vercors, dans la Drôme. Le 23 avril 1938, il s’engage comme élève pilote et rejoint l’école d’Ambérieu. Il obtient le grade de sergent fin 1938, part se perfectionner à Istres comme pilote de chasse, est affecté en août 1939 à la 3e escadrille (la SPA 73 « Cigogne japonaise ») du Groupe de chasse II/7 sur la base aérienne de Dijon quand la guerre est déclarée le 3 septembre 1939.
Avec son escadrille, il rejoint le terrain d’aviation de Luxeuil et participe à la bataille de France. Le 1er juin, il abat deux avions allemands Heinkel He 111 et, le lendemain, en détruit un troisième. Le 15 juin, il réalise un second doublé en descendant un Dornier Do 215 et un Do 17. Puis le groupe de chasse se replie en Afrique du Nord.
En 1942, il est admis à l’école des officiers navigants et mécaniciens avec le grade d’aspirant, et rentre donc en Métropole pour suivre la formation à Salon-de-Provence. Il est nommé au grade de sous-lieutenant le 25 novembre 1942 puis placé en congé d’armistice à compter du 1er mars 1943. Puis il est affecté à la compagnie du Guet n°33/71 le 18 novembre à Privas dans l’Ardèche. À l’issue d’une permission se terminant le 29 juin 1944, il ne rejoint pas son unité et est déclaré déserteur le 15 juillet. En activité comme agent de renseignement (P2) auprès du réseau de résistance « Andromède- Zéphir » depuis le 1er septembre 1943, il a décidé de rejoindre le maquis du Vercors. Il prend part au combat de Vassieux-en-Vercors au cours duquel il trouve la mort le 21 juillet 1944.
As crédité de 5 victoires aériennes confirmées et 4 probables, Henri Grimaud sera promu lieutenant à titre posthume en juillet 1947.


Résultats 1 à 26 sur 26 :   
Afficher/masquer