Réduire les caractèresAugmenter les caractèresImprimer

Douze nouvelles acquisitions pour l'extension des parcours de visite du musée de l'Armée #Collections

Eugène Quesnel, Tombeau à système de l’Empereur Napoléon Ier, vers 1840-1861 © Paris, musée de l'Armée, Dist. RMN - Grand Palais / Emilie Cambrier / ADAGP, Paris 2021

Le 16 Avril 2021 - Musée de l'armée-Invalides - Paris

Le musée de l’Armée présente douze de ses acquisitions du premier trimestre 2021. Ces pièces viennent enrichir les collections des départements Ancien Régime, XIXe siècle et symbolique, Contemporain, Historial Charles de Gaulle et Beaux-Arts et Patrimoine. Témoignant de la richesse chronologique et thématique des collections du musée, ces pièces ont été sélectionnées afin de constituer des collections en vue de la prochaine extension de ses parcours de visite. 


DÉPARTEMENT ANCIEN RÉGIME 

Paire de bottes de cavalerie, seconde moitié du XVIIe siècle 

Cuir, bois, textile, fil 

Achat en vente publique 

 

Ces fortes bottes, destinées à protéger les jambes de cavaliers des coups qu’ils pouvaient recevoir, viennent compléter les collections datant du règne de Louis XIV, aujourd’hui peu fournies. En outre, les effets de chaussure sont rares dans les collections des musées, ces derniers ayant souvent été utilisés jusqu’à usure ce qui fait de cette paire, un ensemble d’exception. Les collections du musée n’en conservent actuellement que quatre, datés des XVII et XVIIIe siècles. 

 

Sabre de Mensur, Allemagne, XIXe siècle 

Acier, bois, galuchat, fil métallique, dorure 

Achat 

 

La Mensur est un duel en vogue chez les étudiants allemands jusqu’au début du XIXe siècle. Ce type de pièce, jusque-là absent des collections du musée, est un témoignage de la relation de la société de cette époque à la violence. Évoquant également le développement de l’escrime et de son lien avec le duel, cette pièce trouvera parfaitement sa place dans l’exposition Duels, prévue en 2024. 

   
 

DÉPARTEMENT XIXe SIÈCLE ET SYMBOLIQUE 

380 figurines, fin XIXe siècle - XXe siècle 

Bois

Don Monique Burckhardt 

 

Cet ensemble tout à fait exceptionnel, composé de figurines de soldats russes, prussiens, britanniques et français, mais également de pièces plus insolites, notamment deux figurines de cosmonautes, a été constitué par l’ancienne conservatrice du musée des Arts décoratifs. Il témoigne entre autres de l’engouement des enfants pour les défilés et les mises en scène guerrières. 

 

Fanion du Groupement opérationnel ouest de la 29e division d’infanterie, en Algérie 

Drap de laine, cuir, métal - H. 0,40 cm ; L. 0,50 cm 

Achat 

 

Ce fanion, de fabrication locale et artisanale, non réglementaire, a appartenu au colonel Arnoux de Maison-Rouge, au cours des « événements d’Algérie ». La présence de grades et d’insignes de l’Armée Nationale de Libération (ALN), identifiant alors l’ennemi vaincu, en fait un objet exceptionnel. En effet, si l’initiative des unités de créer leur propre fanion n’est pas un fait rare, l’ajout de prises de guerre l’est beaucoup plus. 

DÉPARTEMENT CONTEMPORAIN 

Bouteille fondue à Hiroshima (Japon) 

Verre 

Don de Marie-José et Guy Pallardy 

 

Ce vestige, ramassé à Hiroshima, témoigne de la tempête de feu engendrée par Little Boy, la bombe atomique de 16 kilotonnes de TNT, larguée sur la ville le 6 août 1945 par l’US Army Air Force. Cette pièce sera présentée aux côtés de la réplique de cette bombe dans le parcours permanent. 

 

Porte de la cellule 389 d’une prison du KGB

Métal - H. 188 cm ; L. 89 cm 

Achat en vente publique 

 

Cette massive porte de prison de 200 kilos témoigne d’une histoire de plus de cent ans. Construite sous l’Empire russe en 1904, cette prison passe par les mains des autorités polonaises, des nazis, puis du NKVD devenu KGB en 1954. Après la chute de l’URSS, la prison devient lituanienne. Elle est définitivement fermée en 2019. Cette porte sera exposée dans les futures salles consacrées à la période post-1945 du musée. 

 

DÉPARTEMENT DE L’HISTORIAL CHARLES DE GAULLE 

L’attaque du moulin, cible de jeu de tir de la marque Eurêka, début XXe siècle

Chromolithographie - H. 50 cm ; L. 40 cm 

Don de Michel Brunet 

 

Ce type de carton publicitaire, utilisé comme jouet pour garçon, présentait des scènes très orientées de la guerre franco-allemande. Témoignant du rapport de la société civile à l’armée et de l’esprit patriotique dans l’entre-deux-guerres, cet objet inaugure la nouvelle collection des objets civils liés à l’esprit militaire initiée par le musée en 2021. 

 

DÉPARTEMENT BEAUX-ARTS ET PATRIMOINE 

Raoul Dufy, Les Alliés, Petit panorama des uniformes, 1915

Gravure sur bois - H. 18 cm ; L. 99 cm (déplié) 

Achat 

 

Le panorama, constitué de dix gravures sur bois, représente les uniformes de pays ayant combattu aux côtés des Français au cours du premier conflit mondial. Influencé par l’imagerie d’Epinal, le peintre exprime ici ses sentiments patriotiques. Cette œuvre est la preuve que ce type de gravure, loin d’être un « art mineur », s’est révélé être un moyen d’expression pertinent pour exprimer le fait de guerre. 

 

Henri Craman et divers auteurs, Album de photographies relatif aux commandos n°24 et 25, 1951-1953

278 épreuves gelatino-argentiques

Achat en vente privée

 

Dans la perspective de son futur parcours de visite consacré à la colonisation et à la décolonisation, le musée a souhaité acquérir cette album personnel rare, témoin de la guerre d’Indochine, constitué par l’un des cadres du commando n°25 « Romary ». Ces unités, fortes de 5000 hommes, étaient composées d'anciens Vietminh retournés par l’armée française. Cet album inédit met alors en lumière cette poignée de combattants français et vietnamiens ayant combattu dans l’ombre au service de la France. 

 

Yan Morvan, Un soldat français tient la main d’un survivant dans les ruines de l’immeuble « Drakkar », Beyrouth-Ouest, 23 octobre 1983 

Deux cibachromes - H. 40 cm ; L. 50 cm

Achat 

 

Ces deux photographies, prises dans le cadre du double attentat suicide ayant eu lieu à Beyrouth le 23 octobre 1983, causant la mort de 299 personnes, seront prochainement exposées au printemps 2022 dans l’exposition Photographies en guerre. 

 

Eugène Quesnel (1792-1858), Tombeau à système de l’Empereur Napoléon Ier, vers 1840-1861

Bronze doré et patiné noir, soie - H 35,5 cm ; L. 21 cm 

Achat en vente publique 

 

Ce chef-d’œuvre en miniature représente l’objet principal du culte napoléonien, son cercueil, ayant accueilli la dépouille impériale a son arrivée aux Invalides le 15 décembre 1840, par la suite transférée dans la chapelle Saint-Jérôme du Dôme des Invalides le 4 février 1841. 

 

Henri Valensi (1883-1960), La Marche des Alliés, 1942

Huile sur toile - H. 130 cm ; L. 92 cm 

Achat auprès de la galerie Le Minotaure - Succession Valensi 

 

Henri Valensi, artiste et expérimentateur engagé, est contraint à l’exil après l’occupation allemande de 1940. Ralliant la France Libre, il en devient l’un des fers de lance artistique. Véritable hymne pictural, La Marche des Alliés célèbre le débarquement en Afrique du Nord de novembre 1942. 

 

En savoir plus 

Consulter la page des collections du musée de l’Armée 


Musée de l’Armée 

Hotel National des Invalides

129 rue de Grenelles

75007 Paris 


Publié le 16 avril 2021 


Raoul Dufy "Les Alliés, petit panorama des uniformes" 1915 © Paris, musée de l'Armée, Dist. RMN - Grand Palais / Emilie Cambrier / ADAGP, Paris 2021 Henri Valensi "La Marche des Alliés" 1941 © Paris, musée de l'Armée, Dist. RMN - Grand Palais / Emilie Cambrier / ADAGP, Paris 2021 Fanion du Groupement opérationnel ouest de la 29e division d'infanterie, en Algérie © Paris, musée de l'Armée, Dist. RMN - Grand Palais / Emilie Cambrier / ADAGP, Paris 2021 Yan Morvan "Un soldat français tient la main d’un survivant dans les ruines de l’immeuble « Drakkar », Beyrouth-Ouest" 23 octobre 1983 © Paris, musée de l'Armée, Dist. RMN - Grand Palais / Emilie Cambrier / ADAGP, Paris 2021