Mémoire des hommes

Accueil > Présence française dans le monde > Compagnies des Indes > Cartes nautiques > Présentation détaillée des atlas > Les Van Keulen et le Flambeau de la Mer

Compagnies des Indes

Réduire les caractèresAugmenter les caractèresImprimer

Les Van Keulen et le Flambeau de la Mer

Les Van Keulen et le Flambeau de la Mer

Johannes Van Keulen (1654-1715) fut l’éditeur de cartes hollandais le plus influent dans le domaine hydrographique à la fin du XVIIe siècle.

Établi à Amsterdam à la fin des années 1670, il obtient en 1680 une patente pour pouvoir imprimer et publier des atlas nautiques et des routiers. Donnant à sa firme le nom de « In de Gekroonde Lootsman » (qu’on peut traduire en français par Au Pilote Couronné), il passe rapidement un accord avec le cartographe Claes Janszoon Vooght.

Cette entente débouche à partir de 1681 sur la publication du Nieuwe Lichtende Zee-Fakkel, un atlas composé de six volumes représentant l’ensemble des mers du globe. Ce fut le résultat d’un travail d’intense compilation mené par Vooght, tandis que les cartes étaient richement illustrées par Jan Luyken. La publication des volumes s’étale entre 1681 et 1684.

Son œuvre fut poursuivie par son fils Gerard Van Keulen, qui publie régulièrement des éditions révisées de ces atlas. Son petit-fils Johannes II Van Keulen publie en 1755 une nouvelle et dernière édition de l’ensemble des volumes, considérablement enrichie pour sa partie asiatique.

C’est cette version qui est ici présentée. Même si les mentions des cartes de Van Keulen dans les journaux de bord de la Compagnie des Indes française sont abondantes surtout pendant la première moitié du XVIIIe siècle, l’édition de 1755 présente en effet l’avantage d’être la seule à présenter l’intégralité des cartes marines publiées sous le sceau de la dynastie Van Keulen.

Les cartes portant sur les côtes africaines sont bien plus nombreuses que dans l’atlas de Goos, ce qui explique que la prééminence des cartes de ce dernier dans les expéditions négrières fut rapidement battue en brèche par la publication de l’atlas de Van Keulen, qui sera la référence majeure des navigateurs européens pendant toute la première moitié du XVIIIe siècle.

Consulter l'atlas


Espace personnel
Mémoire des hommes