Mémoire des hommes

Accueil > Musées et Collections > Focus collections > Le fanion de la 7e compagnie du 3e régiment de tirailleurs tonkinois au musée des Troupes de marine

Focus collections

Réduire les caractèresAugmenter les caractèresImprimer

Le fanion de la 7e compagnie du 3e régiment de tirailleurs tonkinois au musée des Troupes de marine

Fanion avers © musée des troupes de marine

27 février 2019

Ce fanion, qui appartenait au lieutenant Roger Trinquier, est conservé au musée des Troupes de marine à Fréjus. Il s'agit une pièce unique permettant d’illustrer la présence des troupes françaises en Indochine durant la période 1937-1940.

Les troupes de marine en Indochine

Les troupes de marine trouvent leur origine dans les Compagnies Ordinaires de la Mer, crées en 1622 par le cardinal de Richelieu.

Au 19e siècle,  les troupes de marine assurent la présence française dans les colonies d’Asie, d’Afrique et d’Amérique.

En 1884 la Cochinchine, l’Annam, le Tonkin, le Laos et le Cambodge sont réunis au sein de l’Indochine française. Au même moment est créé le 3e Régiment de Tirailleurs Tonkinois.

De nombreux postes militaires sont disposés à la frontière chinoise au nord du Tonkin, d’où rayonnaient  des missions d’abornement avec des équipes chargées des relevés cartographiques.

 

Le symbole de la compagnie : le fanion

D’une qualité exceptionnelle, ce rare fanion est en soie brodée bleu marine. Sur l’avers se trouve l’inscription « POSTE FRONTIERE de CHI-MA » soutenue par un dragon brodé de coton marron clair, blanc et rouge, influence asiatique et symbole des tirailleurs tonkinois. A chaque angle, une ancre de marine brodée de fil d’or.

Au revers, les initiales « 3e RTT 7e Cie » sont brodées de coton jaune, de même que l’ancre de marine. L’ensemble est encadré d’un liseré rouge bordé de fil d’or.

Sur trois côtés du fanion se trouvent des franges d’or.

 

L’ancre, qui apparait sur l’uniforme des marins français dès la fin du 18e siècle, est le symbole par excellence des troupes de marine, qui l’adoptent au même moment.

 

Le poste de CHI-MA faisait partie de ces nombreux postes situés sur la frontière chinoise.  

Le lieutenant Trinquier, qui embarque pour l’Indochine au Tonkin en 1934, prend le commandement de ce poste, dans le contexte de l’invasion de la Chine par l’armée impériale japonaise lors de la seconde guerre sino-japonaise (1937-1945).

Le fanion a été retrouvé dans la demeure natale du lieutenant Trinquier et remis au musée des Troupes de marine en 2018.

 

Rédacteurs : Lieutenant-colonel Philippe Roudier, conservateur du musée des troupes de marine et Margot Durand, Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives.

 

Pour aller plus loin:

Fiche du musée des troupes de marine

Fanion revers © musée des troupes de marine

Dernière mise à jour le 27.02.2019


Espace personnel
Mémoire des hommes